06 février 2016

Novlangue

novlangue

La chronique de Martina CHYBA, journaliste et productrice à la RTS

Désolée je ne peux pas m’en empêcher. Je craaaque. Amatrice inconditionnelle de la novlangue pédante, bureaucratique et poli­tiquement correcte, je me dois de partager les dernières découvertes. Déjà cet été, j’ai adoré les campings qui ne veulent plus qu’on les appelle les campings parce que ça suscite instantanément dans l'esprit des gens l’image de Franck Dubosc en moule-boules ou de Roger et Ginette à l’apéro avec casquette Ricard et claquettes Adidas. Donc les professionnels de la branche demandent que l’on dise désormais «hôtellerie en plein air». Haha. J’ai aussi appris que je n’étais pas petite mais «de taille modeste»

Mais rendons à César ce qui lui appartient, l’empereur du genre reste le milieu scolaire et ses pédagos à gogo. J’étais déjà tombée de ma chaise pendant une soirée de parents quand la maîtresse a écrit sur le tableau que nos enfants allaient apprendre à manier «l’outil scripteur» au lieu de tenir un crayon. Je me suis habituée au fait que les rédactions sont des «productions écrites», les courses d’école des «sorties de cohésion» et les élèves en difficulté ou handicapés des «élèves à besoins éducatifs spécifiques». Mais cette année, sans discussion aucune, la mention très bien est attribuée au Conseil supérieur des programmes en France et à sa réforme du collège.

Zêtes prêts? Allons-y.

Donc, demain l’élève n’apprendra plus à écrire mais à «maîtriser le geste graphomoteur et automatiser progressivement le tracé normé des lettres». Il n’y aura plus de dictée mais une «vigilance orthographique». Quand un élève aura un problème on tentera une «remédiation».

Mais curieusement le meilleur est pour la gym - oups pardon! - pour l'EPS (Education physique et sportive). Attention, on s’accroche : courir c’est «créer de la vitesse», nager en piscine c’est «se déplacer dans un milieu aquatique profond standardisé et traverser l’eau en équilibre horizontal par immersion prolongée de la tête» et le badminton est une «activité duelle médiée par un volant». Ah! cest du sportif, j’avais prévenu. Les précieuses ridicules de Molière, à côté, c’est de l’urine de jeune félidé (je n’ose pas dire du pipi de minet).

Alors, les amis, ne perdons pas ce merveilleux sens du burlesque et inventons une nouvelle catégorie : la «personne en cessation d’intelligence» autrement dit, le con.

Signé Martina CHYBA, parent d’élève. Ah non, re-pardon… Martina CHYBA, «génitrice d’apprenant».

Posté par andre corre à 14:01 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :


07 novembre 2015

Nouveaux programmes dans les collèges

reussite

Posté par andre corre à 08:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

01 avril 2013

Perles de profs et de parents

Posté par andre corre à 08:41 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

27 janvier 2013

Elie Kakou : Les profs

Posté par andre corre à 09:38 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

05 septembre 2012

Mots d'excuse

Posté par andre corre à 08:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,


31 mai 2012

Anne Roumanoff : Les devoirs

Posté par andre corre à 20:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

24 février 2012

Contrôle de géographie ; classe de première

2012_02_24_081333

Posté par andre corre à 08:16 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

26 janvier 2012

Bulletins scolaires

bulletins_scolaires

Posté par andre corre à 08:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

21 janvier 2012

Papy

Papy (cliquer sur le le lien Papy puis en bas à gauche de l'écran sur 7208...) 

Posté par andre corre à 13:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

19 janvier 2012

Perles des profs

 Peut mieux faire. Ou peut-être pas.

 A les prétentions d'un cheval de course et les résultats d'un âne.

 Elève fantôme, mais qui manque totalement d'esprit.

 Montrons nous donc un tantinet positifs : il rend peut-être ses copies blanches, mais jamais en retard.

 L'exploit : même à l'oral, il fait des fautes d'orthographe.

 Des progrès, mais toujours nul.

 Des efforts désespérés ont été constatés pour se rapprocher de la fenêtre.

 En nette progression vers le zéro absolu.

 Vient en touriste, mais sans connaître la langue.

 Hiberne, probablement.

Mais parfois...
Les professeurs, parfois eux même déconcertés par les copies qu'ils corrigent, commettent eux-mêmes quelques maladresses. Toujours pour le plaisir des zygomatiques !

 La flûte est un instrument à bec, un peu comme le canard.

 Une interro surprise, pour moi, ça s'appelle comme ça parce qu'on ne sait jamais sur quelles horreurs on va tomber en les corrigeant.



Posté par andre corre à 11:56 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,